Revente de billets : comment faire face au marché noir de la billetterie ?

Avec le développement d’internet, la revente de billets d’évènements a pris une ampleur considérable. Même si les revendeurs à la sauvette existent toujours, la majorité du trafic a migré vers les sites de petites annonces comme Le bon coin, ou encore sur Facebook, et représente aujourd’hui un véritable business parallèle. Les revendeurs ont en fait profité d’un vide juridique sur la question et de l’engouement autour de certains évènements pour spéculer sur les prix des billets. Bien que les zones d’ombres aient été éclaircies par le législateur, la revente illégale de billets persiste encore, au détriment des organisateurs, des producteurs, ainsi que des participants.

 

Une législation prohibitive contre la revente de billets

Il convient de rappeler que depuis le 12 mars 2012, la revente de billets sans autorisation de l’exploitant pour des manifestations sportives, culturelles et commerciales à des prix supérieurs à sa valeur nominale, est interdite et sanctionnée de 15 000€ d’amende, et 30 000€ en cas de récidive. Les particuliers qui revendent leurs billets occasionnellement sont exclus du champs d’application de cette loi, qui vise avant tout à supprimer la spéculation sur les prix des billets. Mais malgré cette loi dissuasive, de nombreux spéculateurs continuent de vendre des billets à des prix allant du double au triple de leur valeur initiale. Beaucoup d’acheteurs ignorant la loi achètent via ces circuits non officiels sans avoir conscience des risques que cela entraîne. Certains même ne savent pas qu’il s’agit de sites non officiels car ils se positionnent parfois avant les sites officiels dans les moteurs de recherche.

 

Sécuriser sa billetterie pour lutter contre le marché noir

Il n’est pas rare de voir des places pour un concert ou un match de foot écoulées en moins d’une heure et être revendues sur des sites non officiels au double du prix. Il s’agit en réalité de spéculateurs qui achètent massivement les billets dès l’ouverture de la billetterie pour que la demande augmente. Heureusement, il existe des moyens à mettre en place dans la billetterie pour contrer ce phénomène. Tout d’abord, les billetteries en ligne permettent de configurer un nombre de billets limité par personne afin de rationaliser les ventes et donc diminuer le risque d’achat massif destiné à la revente. Identifié par adresse mail, l’acheteur ne pourra pas cumuler plus de billets que le nombre fixé par l’organisateur. Il est également possible pour l’organisateur de paramétrer des phases de ventes différentes : 20% des billets lors d’une première mise en vente, 60% à une autre date, et les 20% restant une semaine avant la date de l’évènement. Le fait de rajouter des billets sur le marché au fur et à mesure empêchera la hausse des prix et désalimentera le marché noir. Enfin la meilleure solution pour éviter la revente de billets, reste la création de billets nominatifs avec contrôle des identités à l’entrée de l’évènement. Cette méthode est la plus efficace contre le marché noir, et permet de protéger les participants des escroqueries dont ils peuvent être victimes.

 

Les fraudes à la billetterie

La spéculation n’est pas le seul problème lié au marché noir de la billetterie. Dans certains cas, les revendeurs vont jusqu’à escroquer des acheteurs en leur proposant des billets qui ne sont pas valides ou bien achetés à l’aide de cartes bleues piratées. En effet, les acheteurs peuvent se faire berner lorsqu’ils achètent un billet en dehors du circuit officiel de vente et se retrouver dans l’impossibilité d’accéder à l’évènement. De plus, les billets disposent d’un code les rendant uniques ; ils ne peuvent donc pas être reproduit en plusieurs exemplaire, et il arrive que des acheteurs se retrouvent en réalité en possession de copies dont le billet du véritable propriétaire a déjà été scanné. Les cas de fraude à la carte bleue représentent heureusement des cas isolés lors d’achats de billets d’évènements car les sites de billetterie en ligne sont aujourd’hui suffisamment sécurisés. Mais si ce problème survient, il est nécessaire de signaler le ou les comptes frauduleux rapidement. La banque se chargera ensuite de régler le litige.

 

Quels sont les évènement les plus touchés par le marché noir ?

Aucun évènement n’est à l’abri des achats frauduleux. Toutefois, on constate que les concerts de grands artistes, les festivals et les matchs de foot sont les plus concernés par la revente illégale de billets. Il s’agit généralement d’évènements dont le prix d’achat du billet est à l’origine assez élevé afin d’assurer au revendeur un bénéfice suffisant. Ce type de billet s’écoule généralement très vite et est alors très convoité par les spectateurs qui sont prêts à dépenser de très grosses sommes pour les obtenir.

Le marché noir dans le secteur de la billetterie s’avère être un marché très juteux pour ceux qui l’alimentent, mais extrêmement préjudiciables pour les différents acteurs de l’événementiel. Compte tenu de la viralité du phénomène et du flou juridique en Angleterre, le groupe Mumford and Sons a créé une pétition le 8 mai 2016 afin d’inviter le Parlement à légiférer sur ce phénomène. Suite à cette pétition, un rapport a été rendu à la demande du gouvernement, et malgré les dommages causés au marché de la billetterie, la revente de billets en ligne, tant qu’elle est faite sur des plateformes prévues à cet effet, a été déclaré “viable et rentable”.

Posté par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Devenez vous aussi expert dans la gestion de vos évènements et dans l’expérience participants ! Recevez nos dernières actus évènementielles directement dans votre boite mail !